Pour son premier exercice après la fusion, Haropa Port franchit le cap des 3 MEVP

L’établissement portuaire, issu de la fusion des trois ports du Havre, Rouen et Paris, a été porté sur les fonts baptismaux il y a moins d’un an. Mais les résultats du premier exercice à grande échelle sont déjà présentés comme une preuve du concept. Alors qu’Haropa Port affiche des perspectives encourageantes sur le conteneur, Til, l’opérateur portuaire de MSC, va contrôler deux des trois terminaux de Port 2000.

Rouen a accueilli le plus grand porte-conteneurs de son histoire 

Avec ses 270 m de longueur, 40 m de large, 74 456 tpl et sa capacité de 5 500 EVP, le MSC Barcelona vient de s’adjuger le titre de plus grand porte conteneur ayant escalé dans le port de Rouen. Belle consolation pour l’établissement des rives de la Seine où les navires-mères se sont fait rare. Il se veut aussi l’interprète de la complémentarité de l’offre de l’établissement portuaire fusionné de l’axe Seine, où le trafic conteneurisé profite de la congestion de ses voisins du range nord.

Haropa Port a traité 60 escales qui n'étaient pas prévues initialement

Le trafic de conteneurs a retrouvé au premier semestre les niveaux de ses années de référence 2018 et 2019, indique Haropa Port. Du fait des perturbations maritimes, l'ensemble portuaire de l'axe Seine a traité plus de 60 escales « extra call ».

Ferrero en mode fluvial entre Rouen et Gennevilliers   

Prélude à un service hebdomadaire par barge fluviale, le groupe agroalimentaire Ferrero a chargé le 8 juillet au TCMD Grand-Couronne/Moulineaux, terminal portuaire d e Rouen, un premier conteneur de 40 pieds pour Gennevilliers. Destination finale, l’entrepôt Monoprix de Wissous.

Fusion d'Haropa : une traversée chahutée de plus de deux ans

Plus de deux ans après avoir été projetée par son artisan, Édouard Philippe, la fusion des trois ports du Havre, de Rouen et de Paris, réunis au sein d’un GIE depuis 2012, est effective. Retour sur un dossier au parcours heurté qui accouche d’une gouvernance et d’un mode de fonctionnement dont les acteurs du privé attendaient sans doute davantage.

La Chine, premier client du blé français

C'était à prévoir et prévu mais les statistiques du commerce extérieur et celles du port de Rouen le confirment. La campagne 2020-2021 d’exportation des céréales françaises est marquée par les achats massifs de la Chine, tant pour le blé tendre que pour les orges, et par de moindres quantités exportées vers les débouchés traditionnels du blé français, l’Afrique du Nord et de l’Ouest.

Michel Segain, président de l’UMPF : « Nous portons une requête devant le Conseil d’État »

L’Union Maritime et Portuaire de France « en appelle à la raison ». Malgré sa représentativité et son poids économique, la fédération professionnelle des sept Unions maritimes et portuaires s’étonne toujours d’être exclue du process de création et de la gouvernance de l’établissement public de l’axe Seine qui doit être ratifié par le Conseil d’État prochainement. Les acteurs portuaires revendiquent au moins un siège dans le futur conseil de surveillance unique.

Haropa : trafic maritime en repli de 16,7 % à 75 Mt en 2020

Les grèves du début d’année et la crise sanitaire ont lourdement sanctionné l’activité des ports de l’axe Seine en 2020 : malgré le rebond du deuxième semestre, Rouen et Le Havre voient leur trafic maritime se replier de 16,7 %, totalisant seulement 75 Mt contre 90 Mt en 2019. Principale victime de l’année Covid : le conteneur, dont 22 % des échanges se font avec la Chine.

Axe seine : les recettes de l’Institut Montaigne pour ne pas décrocher

Dans sa note sur la compétitivité de la vallée de la Seine, censée donner des clés pour accélérer le développement économique du futur Haropa, le think tank libéral propose la création de zones franches portuaires aux exonérations ciblées et délimitées dans le temps, mais aussi des objectifs contraignants de report modal et la mutualisation des THC.

CIMer 2021 : 1,5 Md€ pour les ports de l'axe seine

Le Premier ministre Jean Castex a présidé le 22 janvier le Comité interministériel de la mer (CIMer) au Havre. Accompagné par trois ministres dont la ministre de la Mer, Annick Girardin, il était notamment attendu sur la stratégie nationale portuaire, dont la présentation a été maintes fois reportée. Gouvernance d’Haropa, ports francs, énergies de la mer…

Pages