Deuxième grève programmée à Felixstowe fin septembre

La médiation a épuisé toutes les voies de négociation. Les partenaires sociaux ne sont pas parvenus à s’entendre sur le contenu du paquet salarial, objet des revendications. Le syndicat Unite, qui représente les dockers dans le premier port britannique pour les conteneurs, a voté en faveur d’un deuxième mouvement après celui observé fin août. Programmé du 27 septembre au 5 octobre, il coïncidera avec celui de Liverpool, du 20 septembre au 3 octobre. La première manifestation a un effet domino sur d’autres ports du range nord-européen.

Felixstowe : les temps d'attente s'allongent pour les navires et les conteneurs

Les impacts de la grève de huit jours dans le premier port britannique pour les conteneurs continuent d’être mesurés. Selon VesselsValue, le temps d’attente moyen pour qu’un navire puisse accoster est passé de 10 à 30 heures entre le début et la fin du mois d’août. En dépit d’un préavis de douze jours, toutes les compagnies n’ont manifestement pas écarté l’escale. Le temps s’est aussi étiré pour le traitement des conteneurs destinés à l’export.

Droit de suite : Felixstowe, une grève à impacts

Les dockers ont retrouvé le chemin du travail dans le port de Felixstowe après avoir observé une grève de huit jours fin août. Ils vont en revanche le suspendre à Liverpool, où un débrayage est prévu du 19 septembre au 3 octobre. Le syndicat Unite n’exclue pas une action coordonnée entre entre les deux ports britanniques. Les impacts de Felixstowe sur les ports allemands notamment sont avérés.

P&O Ferries ne fera pas l'objet de poursuites pénales au Royaume-Uni

La compagnie transmanche, qui avait annoncé le 17 mars le licenciement, avec effet immédiat, de 800 marins sous contrat britannique, ne sera finalement pas poursuivie. En mars, le licenciement brutal et sans préavis de 800 marins et le remplacement par du personnel étranger dans des conditions d’emploi moindres avait provoqué la consternation et l’indignation Outre-manche et provoqué de vives réactions politiques et législatives. Le ministre britannique des Transports, Grant Shapps, avait réagi en présentant au...

P&O Ferries reprend du service malgré les appels au boycott

Le dossier est ouvert depuis le 17 mars, date de la décision de la compagnie britannique de licencier ses 800 marins. Jusqu’à présent, les services sont suspendus et les navires, armés par des marins employés à des conditions moins-disant, n’ont pas été autorisés à naviguer par la Maritime and coastguard agency. Un des ferries déployés sur le transmanche reprend du service ce 27 avril.

Brittany Ferries renforce encore sa desserte de l’Irlande

Le port irlandais de Cork bénéficiera chaque été d’une deuxième rotation hebdomadaire le reliant à Roscoff, berceau de la compagnie bretonne. Brittany Ferries annonce aussi le positionnement d’un navire plus grand sur sa navette entre Rosslare et Bilbao.

P&O Ferries : vague d'indignations au Royaume-Uni

Le licenciement sans préavis de 800 marins britanniques par P&O Ferries a choqué le Royaume-Uni au-delà du seul secteur maritime et portuaire. Les débats politiques sont vifs, oscillant entre demande de remboursement des aides d’État et dénonciation de la légalité de la procédure. Les traversées en ferry restent suspendues sine die, à l'exception de services limités en mer d'Irlande. Une partie des membres d'équipage est déjà remplacée par des marins indiens et philippins.

VesselValue : l'impact du Brexit sur le commerce britannique

En s’appuyant sur les flux commerciaux tirés du suivi en temps réel des navire (AIS) et sur d’autres indicateurs traçant les importations et les exportations, VesselValue a cherché à analyser l’impact de la sortie du Royaume-Uni de l’UE sur ses échanges avec ses partenaires commerciaux pour offrir une vue réactualisée des schémas commerciaux.

Irish Ferries va lancer un nouveau service sur la ligne Douvres-Calais

Les mouvements post-Brexit se poursuivent avec des changements de cap et des lignes qui bougent. Le modèle économique qui prévalait sur le marché transmanche a été doublement mis à mal, à la fois par la pandémie et le Brexit. La compagnie irlandaise réagit à son tour mais en continuant de miser sur la route la plus courte en dépit des procédures administratives et des contrôles douaniers.

Pages