Sanctions américaines
 : 
Iran : Blâmes et châtiments

Le régime des sanctions est de retour au pays des Mollah. Le 8 mai 2018, l’Iran a basculé à nouveau sur la liste noire des pays commercialement in- fréquentables. Une décision de Washington a suffi pour ramener le niveaux des sanctions au niveau de celles qui existaient avant la conclusion en 2015 du fameux pacte « historique » de l’Iran avec le groupe 5+1 (Allemagne, Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni et Russie).

L'UE a compensé ses achats de gaz russe par du GNL russe

Les pays européens continuent de faire le plein d’énergies d’origine russe. La rareté de l’offre mondiale et la faible substituabilité du gaz laissent peu d’options aux consommateurs. Dans le même temps, les négociants s’emparent du diesel russe avant l’interdiction du 5 février car là aussi, les sources alternatives sont limitées.

Doutes et fébrilité sur le plafonnement du pétrole russe

À quelques jours de l’entrée en vigueur de deux réglementations qui vont provoquer le plus grand déroutement de flux pétroliers jamais observé, les questions sont loin d’être épuisées. Les assureurs, notamment, attendent toujours les détails quant à la mise en œuvre des nouvelles règles. Les risques de contournement et de falsifications des connaissements sont nombreux, alertent-ils, attendant des garanties.

La Russie peine à réorienter ses exportations de charbon

Depuis que son charbon fait l’objet d’un embargo européen, la Russie a vu ses volumes chuter de 7 %. En revanche, les distances parcourues par les vraquiers se sont allongées en moyenne de 2 012 km. Si la Chine reste le plus gros acheteur du fossile banni, son appétit pourrait avoir une date de péremption.

Les volumes maritimes de brut russe à destination de l'Europe sous le million de barils

Les exportations russes de brut par voie maritime atteignent leur plus bas niveau depuis 12 mois. Effet d'anticipation aux sanctions européennes et au plafonnement des prix. La Chine et l'Inde continuent de dominer la liste des importateurs de brut russe bien que les remises se soient fortement réduites même si l’origine Oural est toujours avantageuse par rapport au Brent.

Le transport maritime de pétrole ne craint ni l'embargo européen ni le plafonnement du G7

Alors que l’idée d’un plafonnement du prix du pétrole exporté par la Russie est évoquée par les membres du G7, la mesure tout comme l’entrée en vigueur imminente de l’embargo européen seront favorables aux pétroliers, défend le Bimco. L’une des plus grandes associations d’armateurs a présenté ses perspectives ce 12 septembre pour le conteneur, le vrac sec et le pétrolier.

Sovcomflot a trouvé une solution pour assurer ses navires

Selon le dernier cadre de sanctions publié par Bruxelles, il sera interdit aux entreprises de l’UE d'assurer, de réassurer et de financer le transport maritime du brut et de produits pétroliers russes vers des pays tiers. Si le Royaume-Uni suit la Commission européenne, les exploitants russes de tankers se trouveront exclus du marché mondial de l'assurance couvrant le transport maritime de pétrole.

Sanctions européennes : la date butoir concernant Sovcomflot a expiré

Les sanctions européennes fixaient au 15 mai la date limite pour mettre fin aux relations commerciales avec la compagnie russe de transport de pétrole. Dépouillée de la couverture d’assurance pour ses navires, privée de sociétés de classification, limitée dans ses transactions financières, détentrice d’une dette auprès de banques occidentales, Sovcomflot a entamé la vente d'une partie de ses actifs.​

Les saisies de yachts se poursuivent

Les autorités espagnoles ont multiplié les confiscations de yachts soupçonnés d’appartenir à des intérêts russes visés par les sanctions internationales. Sergey Chemezov, Alexander Mikheev, Igor Sechin, Alisher Usmanov, Alexey Mordashov, Gennady Timchenko, Andrey Melnichenko, tous à la tête d’entreprises d’État, sont identifiés comme les propriétaires. Pour Igor Sechin, PDG de la compagnie pétrolière Rosneft, c’est le deuxième yacht saisi avec celui opéré par les Douanes françaises. Ces navires sont dans un statut de « détenus » pour l'instant.

Pages