Scrubbers : du plébiscite au rejet dans le conteneur

Le taux de pénétration des scrubbers dans la flotte des porte-conteneurs approche les 30 %, indique Alphaliner. Mais le sentiment des grands compagnies à l’égard de ces systèmes controversés est manifestement diffus.

Scrubbers : la France sévit

Encouragés, puis tolérés, les scrubbers deviennent non grata. La réglementation se durcit en France. Leur traitement est désormais interdit le long du littoral français.

Le prix des carburants maritimes en forte hausse

Selon Ship & Bunker, le prix du fuel à 0,5 % de soufre dans les 20 premiers ports du monde s'élevait en moyenne à 619,50 $ par tonne ces derniers jours, soit une hausse de 47 % par rapport au début de l'année. Mais les porte-conteneurs, les vraquiers et les pétroliers n’encaissent pas tout à fait le choc de manière égale.

La demande en carburants marins à haute teneur en soufre reste forte

Contrevenant à tous les scénarios esquissés depuis l’entrée en vigueur de la réglementation qui plafonne les carburants marins à haute teneur en soufre, la demande pour du HFO reste soutenue parce que le scrubber, bien que contesté, reste une option.

Conteneur : spectaculaires prises de commandes effectuées en huit mois

381 porte-conteneurs totalisant 3,44 MEVP, soit plus que la capacité alignée par les 540 navires de CMA CGM, ont été inscrits dans les plannings des chantiers navals depuis janvier. Cette donnée est à mettre en regard avec les 619 porte-conteneurs dont la livraison est attendue d’ici 2024. L’intérêt pour les grandes unités s’émousse. La prise en compte des impacts climatiques par les exploitants de flotte n’est pas encore visible.

Le nombre de navires équipés de scrubbers a doublé en un an

Alors que les dispositifs d’épuration des gaz d’échappement avaient perdu de leur crédit en 2020 du fait d’un faible écart de prix entre les carburants conformes, ils ont retrouvé de l’intérêt à la faveur d’un pétrole qui se remet (un peu) d’aplomb.

Wärtsilä trouve une issue aux scrubbers contestés

L’équipementier maritime finlandais, premier fabricant de scrubbers, a investi en R&D pour étudier le potentiel de la capture et stockage du carbone. La technologie permettrait d’améliorer les dispositifs d’épuration des gaz en capturant le carbone au point d'échappement. ​

IMO 2020 : une transition en douceur ?

Le secteur du transport maritime anticipait un big bang suite à l’entrée en vigueur de la réglementation sur la teneur en soufre des carburants marins le 1er janvier 2020. Seuls 55 cas d’indisponibilité de carburants conformes ont été signalés dans le Système mondial intégré de renseignements maritimes (GISIS) de l'OMI.

L'écart entre les carburants maritimes se creuse

112,5​ $. C’est l’écart de prix actuellement observé entre le fuel à basse et haute teneur en soufre à Singapour. Il est de 92 $ la tonne à Rotterdam. L’indicateur est de la plus haute importance pour les fabricants de scrubbers. Selon les...

Ces quelques sujets environnementaux qui appellent la vigilance des armateurs

Focalisées sur les premières réglementations destinées à soutenir les objectifs de réduction des gaz à effet de serre de l'OMI, les compagnies de transport maritime pourraient passer à côté d’autres obstacles réglementaires à échéance plus proche. Dans une nouvelle publication, DNV GL pointe les « endroits » où le transport maritime peut s'attendre à être touché par de nouvelles exigences. Des normes locales plus strictes et une complexité accrue, promet la société de classification.

Pages