L'écart entre les carburants maritimes se creuse

112,5​ $. C’est l’écart de prix actuellement observé entre le fuel à basse et haute teneur en soufre à Singapour. Il est de 92 $ la tonne à Rotterdam. L’indicateur est de la plus haute importance pour les fabricants de scrubbers. Selon les...

Ces quelques sujets environnementaux qui appellent la vigilance des armateurs

Focalisées sur les premières réglementations destinées à soutenir les objectifs de réduction des gaz à effet de serre de l'OMI, les compagnies de transport maritime pourraient passer à côté d’autres obstacles réglementaires à échéance plus proche. Dans une nouvelle publication, DNV GL pointe les « endroits » où le transport maritime peut s'attendre à être touché par de nouvelles exigences. Des normes locales plus strictes et une complexité accrue, promet la société de classification.

Bimco : les tankers perdent leur première place en termes d'équipement en scrubbers

Les porte-conteneurs, totalisant une capacité de 5,3 MEVP, sont désormais équipés d'un système d'épuration des gaz d'échappement, technologie qui permet de traiter les oxydes de soufre (SOx) générés par la combustion. Ils supplantent les tankers en tant que catégorie de navires ayant eu le plus recours aux scrubbers pour se conformer à la réglementation mondiale sur le soufre de l'OMI, entrée en vigueur le 1er janvier 2020.

Scrubbers : Le retour sur investissement s'allonge

L’écart de coût entre le fuel à basse teneur en soufre (VLSFO) et le fuel lourd IFO380 est resté stable autour de 100 à 50 $ la tonne en dépit de la remontée des cours du brut. Cet indicateur est un des facteurs qui conditionne le sort des scrubbers, ces pièges à fumées des gaz d’échappement qui permettent de continuer à employer du fuel à haute teneur en soufre.

700 scrubbers menacés d'annulation ou de report

Selon les dernières données publiées par Clarkson Research Services, jusqu'à 700 refit avec des scrubbers pourraient être reportés ou annulés. Le différentiel des prix entre les différents carburants conformes à la réglementation a été un des principaux moteurs des investissements dans les scrubbers. L’équation ne tient plus.

Golden Ocean en difficulté

L’armateur de vraquiers a perdu 160,8 M$ au cours d'un premier trimestre qui fut particulièrement difficile pour le segment du vrac sec. Ce déficit est notamment dû à une importante dépréciation de 125,6 M$. Il a cependant achevé un programme d’installation de scrubbers sur ses capesize.

Scorpio Bulkers et Frontline reportent l'installation de scrubbers

Les propriétaires et exploitants de pétroliers retardent l'installation de scrubbers pour limiter les dépenses d’investissement et profiter d'un marché lucratif pour les tankers. À l’occasion de la présentation des résultats du...

L'effondrement des cours pétroliers hypothèque le devenir des scrubbers

La décision de Stolt-Nielsen de renoncer, « lorsque cela a été possible », à la mise en conformité d’une partie de sa flotte avec des scrubbers a vite été perçue comme un signal. L’écart des prix de plus en plus serré entre les différents types de carburants redistribue les cartes. Alphaliner ne note pas, pour l’heure, de grands mouvements, même après l’inédit plongeon du baril de brut américain en dessous de zéro dollar le 20 avril.​

La prime aux scrubbers, une évidence contestée

L’écart de prix se résorbe entre les différents carburants conformes, ce qui ne fait pas forcément le jeu des scrubbers. Retour sur investissement à recalculer si la tendance se confirme...

Pages