Rodolphe Saadé à l'Assemblée nationale : une seule taxe compte, celle de la transition énergétique

En quelques semaines, Rodolphe Saadé aura eu rendez-vous deux fois avec la représentation nationale à propos du même sujet : les bénéfices que son groupe a générés en temps de crise. Il a été entendu pendant une heure et demie le 27 septembre par les députés de la "mission flash" sur le sujet. Face à des députés bretteurs, le PDG du groupe de transport maritime et logistique a déployé ses arguments sur le thème des bénéfices qui peuvent être utiles et des taxes pas toujours efficaces.

Taxation des profits exceptionnels de CMA CGM : qu'en pensent les personnels ?

La mission parlementaire sur les entreprises énergétiques et du transport maritime qui ont dégagé des profits exceptionnels pendant la crise a démarré ses auditions le 20 septembre avec les organisations syndicales. Catherine MacGregor, la directrice générale d’Engie, et Patrick Pouyanné, le PDG de TotalEnergies ont déjà été entendus. Rodolphe Saadé, le PDG de CMA CGM, sera auditionné ce 27 septembre en matinée. Concerné au premier rang, le syndicat représentant les personnels sédentaires du groupe français a été oublié.

Saudi Aramco : taxer les entreprises énergétiques est inutile

Dans le cadre d’un forum tenu en Suisse le 22 septembre, le patron du géant pétrolier saoudien a estimé que les « plans de l'Europe » visant à plafonner les factures d'énergie pour aider les consommateurs et à taxer les entreprises énergétiques n'étaient ni des solutions de long terme ni efficaces pour remédier à la crise énergétique mondiale.

Exploitants ou affréteurs de navires : qui doit payer pour les émissions de CO2 ?

L'Association des armateurs de la Communauté européenne (ECSA) a publié un document d'orientation sur la proposition de l'UE visant à inclure le transport maritime dans son système d'échange de quotas d'émission. Les armateurs européens demandent une application stricte du principe pollueur-payeur et estiment que les affréteurs doivent payer pour les émissions de CO2 induites par leurs choix opérationnels.

MEPC 75 : avantage aux moins-disant sur les émissions de gaz à effet de serre

Comme prévu , les États membres du Comité de protection du milieu marin (MEPC), qui se réunit jusqu'au 20 novembre par visoconférence, ont approuvé le projet de proposition que leur a soumis le groupe intertechnique sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre du transport maritime. Une version que les partisans d’une ligne dure jugent édulcorée. La convention Marpol s’enrichit de deux amendements. Il reste à gérer l’UE et les États-Unis qui entendent introduire leur propre réglementation carbone.

Toutes les réunions de l'OMI en vidéoconférence

L'OMI a annoncé que toutes ses réunions jusqu'à la fin de l'année auront lieu en vidéoconférence. La 75e session du Comité de la protection du milieu marin (CPMM), qui doit élaborer les mesures à court terme pour que le...

Sanctions commerciales : À quelles routes maritimes profitent-elles ?

Outre le fait de rompre avec le cadre commercial qui avait prévalu jusqu’alors (libéralisation du commerce et multilatéralisme), l'escalade des droits de douane perturbe les volumes d'échanges et les routes maritimes. Elle ne fait pas que des perdants, le marché ayant horreur du vide.