ZIM contracte avec Shell pour l'approvisionnement en GNL de dix porte-conteneurs

Alors que 28 des 46 navires neufs affrétés par la compagnie seront alimentés au GNL, ZIM cherche à sécuriser ses approvisionnements. Le dixième armateur mondial de porte-conteneurs a signé avec la major pétrolière britannique un contrat d’avitaillement long terme de dix navires de 15 000 EVP qui doivent être livrés en 2023-2024. Une opération estimée à 1 Md$.

ZIM maintient ses bénéfices pour l'année 2022 après un premier semestre inédit

Le premier semestre ne porte pas encore les traces du ralentissement pour le plus petit des grands de la ligne régulière. Mais les résultats financiers du second trimestre, bien qu’à des niveaux historiques, sont en baisse par rapport au premier trimestre. Le cas de l’armateur israélien est guetté. Car sa politique d’affrètement et son exposition aux taux de fret spot, à la source de son apogée, pourraient aussi être à l’origine de ses pertes.

Onze compagnies maritimes entendues par la FMC

La semaine dernière, l’autorité américaine de régulation du transport maritime a achevé la première phase de l’audit de 11 compagnies maritimes. Il s’agit de déterminer si les plaintes des chargeurs américains sont fondées. À savoir s’ils ont été sciemment lésés par les compagnies durant la crise sanitaire.

ZIM porte à 47 son carnet de commandes

Le transporteur israélien de conteneurs a conclu un nouvel et énième accord d'affrètement, cette fois avec MPC Capital, pour six porte-conteneurs neufs de 5 500 EVP. En s'engageant pour sept ans, il assure au propriétaire de flotte non exploitant un revenu de 600 M$. ZIM, qui a peu de navires en propriété, contribue largement à enrichir les affréteurs.

Alliance : nouvelles négociations entre ZIM, MSC et Maersk

ZIM, MSC et Maersk poursuivent leur collaboration entre l’Asie, la côte est-américaine et le golfe du Mexique, dans le cadre d’un accord de partage de slots et de navires. En revanche, ils mettent fin coopération actuelle entre l'Asie et la Méditerranée ainsi que sur le trafic vers la côte ouest-américaine. Aussi, ZIM et MSC cessent leur coopération entre l'Europe du Nord et la Méditerranée orientale.

Conteneur : les transporteurs régionaux ont particulièrement étoffé leur flotte en un an

En un an, les rapports de force n’ont pas sensiblement évolué au sein des opérateurs de porte-conteneurs. La toute-puissance des 25 premiers armateurs mondiaux est écrasante au 1er janvier 2022. Mais ce sont les transporteurs régionaux qui se distinguent par la croissance de leur flotte. En dépit de la rareté des navires, ils ont trouvé des tonnages.

MSC détrône Maersk de sa place de leader mondial

Chroniqué depuis un an, le nouveau leadership mondial dans la ligne régulière a été officialisé par Alphaliner le 5 janvier. Le numéro deux mondial du transport maritime de conteneurs MSC a délogé le leader mondial Maersk. À la faveur des commandes, des achats et de l’affrètement, dopés par l’embellie du secteur, les rapports de force se redessinent au sein des dix premiers transporteurs mondiaux de conteneurs.

Retour en grâce des petits navires

Après une décennie de gigantisme dans le secteur du conteneur et des années de célébration de la massification que seuls autorisent les très grands porte-conteneurs, un nouveau plébiscite est en train de se concrétiser autour de navires de 7 000 EVP. Une renaissance pour ce segment de marché vieillissant, sorti des radars des armateurs et désespérément absent des carnets de commande des constructeurs.

ZIM affiche des résultats semestriels au-delà de toutes les prévisions

La plus petite parmi les grandes compagnies maritimes mondiales de la ligne régulière présente des états financiers meilleurs encore que ceux de Maersk et Hapag-Lloyd. Le premier semestre de l’année incroyablement profitable consacre ses initiatives, sa stratégie et son positionnement. Mais ses grandes forces d’aujourd’hui pourront aussi être ses grandes faiblesses de demain

ZIM affrète dix navires supplémentaires au GNL auprès de Seaspan

La compagnie israélienne ZIM et le propriétaire de navires Seaspan annoncent un contrat d'affrètement de 12 ans portant sur dix navires de 7 000 EVP à la motorisation hybride avec le GNL. Le Hongkongais a désormais 55 navires en commande.

Pages